Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

Facebook

This message is only visible to admins:
Problem displaying Facebook posts. Backup cache in use.

Error: Error validating access token: The session has been invalidated because the user changed their password or Facebook has changed the session for security reasons.
Type: OAuthException
Click here to Troubleshoot.

1 month ago

Ré Avenir

PROJET EOLIEN EN MER EN SUD-ATLANTIQUE

DEMELER LE VRAI DU FAUX

Il nous a paru important de faire ce petit exercice pour distinguer parmi les informations abondantes et pas toujours fiables , celles qui correspondent aux études faites jusqu’à présent.
Si il vous paraît manquer des sources dans ce déroulé , demandez les nous , nous vous les fournirons

1/ L’emprise spatiale du projet d’implantation d’éoliennes offshore au large d’Oléron est gigantesque et beaucoup plus importante que le premier projet de 2015.

FAUX
La consultation concerne un projet de 65 kms2 ou 130 kms2 pour le 1er parc (soit la moitié ou sensiblement la même surface que les 120Kms2 dans la concertation de 2017) pour une capacité identique ou double (500MW ou 1GW)



2/On n’a pas besoin d’énergie renouvelable puisqu’on a du nucléaire qui n’émet pas de Gaz à Effet de Serre

FAUX
Pour atteindre le zéro carbone et répondre à nos besoins de consommation énergétique, la consommation électrique française va augmenter (+37% entre 2019 et 2050) du fait du report des usages des énergies fossiles vers l’électricité. Or, en intégrant les contraintes sur la durée de vie du parc nucléaire existant, les rythmes maximaux de renouvellement du parc nucléaire par la construction de nouveaux réacteurs de troisième génération ainsi que l’effort d’électrification nécessaire pour atteindre la neutralité carbone en 2050, l’atteinte d’un taux de 50% d’électricité produite à partir de nucléaire nécessitera un fonctionnement étendu des réacteurs actuels, ainsi que la construction de 14 nouveaux réacteurs EPR selon un rythme volontariste (une paire tous les 3 ans environ à partir de 2035 avec montée en charge progressive), complétée par le développement de nouvelles technologies de type SMR (petits réacteurs de troisième génération). Ainsi, l’énergie nucléaire ne pourra être la base principale de production d’électricité décarbonée à horizon 2050 et nos objectifs de lutte contre le réchauffement climatique ne pourront être atteints sans un développement ambitieux des énergies renouvelables.



3/Les éoliennes ne permettent pas de limiter les émissions de CO2.

FAUX
Le facteur d’émission au cours de son cycle de vie d’une éolienne en mer est de 14 à 18 g éqCO2 par kWh d’électricité produite, proche du facteur d’’émission du nucléaire et inférieur au photovoltaïque (56 g éqCO2 par kWh). A contrario, celui d’une centrale à gaz est 418 g éqCO2 par kWh.

RTE a estimé que le développement des énergies renouvelables (PV et éolien) permet d’éviter chaque année 22 millions de tonnes d’émissions de CO2 au niveau européen, soit les émissions annuelles d’environ 12 millions de véhicules.



4/Les éoliennes ne sont pas démantelées à la fin de leur exploitation

FAUX
En France, le code de l’environnement oblige l’exploitant à remettre en état le site et à démanteler les éoliennes à la fin de leur exploitation.

Par ailleurs, l’exploitant devra provisionner le démantèlement dans ses comptes.



5/Les éoliennes ne sont pas recyclées lors de leur démantèlement.

FAUX
Le recyclage des principaux composants des éoliennes est devenu obligatoire. Les pâles sont plus difficilement recyclables mais les industriels sont en passe de trouver des solutions technologiques pour atteindre le 100% recyclable. Une ouverture est d’ailleurs faite par le ministère pour imposer le recyclage de 100% des composants dans le cadre de l’appel d’offres relatif au parc éolien en mer Sud-Atlantique.

Cette perspective est à l’origine de la création d’une filière française pour le démantèlement des éoliennes en fin de vie. Dénommée D3R elle vise la Déconstruction des parcs éoliens, le Reconditionnement des gros composants, le Recyclage des pales et la Revente des métaux, des matériaux recyclés et des composants.

6/Les éoliennes coûtent chères et produisent peu d’énergie.

FAUX

Une éolienne de 2MW = 1000 foyers alimentés en électricité. En 2030, une éolienne de même puissance devrait produire 30% d’électricité en plus grâce aux progrès techniques (source ADEME).

Une éolienne en mer, posée sur le fond de la mer ou flottante, bénéficie de vents plus fréquents, plus forts et plus réguliers qu’à terre. Ainsi, l’éolien offshore est l’énergie renouvelable la plus efficace à l’heure actuelle avec un facteur de charge moyen de 40% (jusqu’à 60% pour les meilleurs gisements de vent et elles fonctionnent en mer en moyenne 90% du temps mais avec une puissance variable ) . Cela ne signifie pas que l’éolienne ne tourne que 40% du temps mais que l’énergie produite est 40% de l’énergie qui aurait été produite si l’éolienne tournait à pleine puissance en permanence. On parle de taux de charge.

A titre de comparaison, le taux de charge moyen des centrales thermiques en France était en 2020 de 22,7% (parce qu’on ne les utilise que pour les pointes de consommation) et des centrales nucléaires de 62% (source ministère de l’écologie).

Par ailleurs, compte-tenu des évolutions de coûts des différentes technologies, l’éolien devient compétitif économiquement par rapport à la production du nucléaire avec un coût de production proche du prix de marché.

7/Il n’est pas possible de mettre des parcs éoliens dans les zones Natura 2000

FAUX
Il existe plus de 23 000 zones Natura 2000 en Europe dont 5000 ZPS et il est autorisé d’y implanter des zones économiques sous réserve de respecter certains critères visant à protéger la biodiversité. Plusieurs parc Natura 2000 ont déjà accueilli des éoliennes offshore en Europe du Nord.

8/Une éolienne en mer fait la hauteur d’une Tour Eiffel et nos côtes vont être défigurées

FAUX
Le projet éolien en mer Sud-Atlantique porte sur des éoliennes de 220 m de haut soit 100m de moins que la Tour Eiffel. En visibilité parfaite, sans aucune brume, une éolienne de 200 mètres de haut, située à 15 km de distance, équivaut à voir une petite allumette de 5 cm à près de 4 mètres. Sur l’ile de Ré, on a déjà cette expérience en observant les éoliennes terrestres de la Tranche sur Mer à environ 20km de nos côtes.



9/Du fait de leur intermittence, les éoliennes n’apportent pas d’énergie utile et ne contribuent pas à la sécurité d’approvisionnement

FAUX
L’éolien ne produit certes pas en permanence, comme tous les moyens de production d’électricité : le photovoltaïque produit plus à midi, l’hydroélectricité́ produit en fonction de la disponibilité́ de l’eau, le nucléaire est contraint par les limites de température de l’eau des fleuves.

Cependant, le foisonnement du parc éolien avec des installations reparties sur l’ensemble du territoire permet de bénéficier de régimes de vent différents selon les régions. Et la production éolienne est statistiquement plus importante entre octobre et mars, au moment des pointes de consommation en France.
Ainsi, le fonctionnement du système électrique s’appuie sur la disponibilité́ de nombreuses installations de technologies variées reparties sur l’ensemble du territoire et d’un réseau interconnecté avec nos voisins européens. Et toutes les technologies contribuent à la sécurité d’approvisionnement.



10/Les éoliennes offshore vont faire disparaitre la pêche locale

FAUX
L’existence d’un effet récif et réserve, favorable à la reproduction des poissons et des mollusques, a été́ observée sur des parcs installés au Danemark et au Royaume-Uni.

Cf étude réalisée au sein du parc Horns Rev au Danemark: 41 espèces de poissons recensées dans le parc d’éoliennes offshore contre 30 autour, et ce avec une plus grande densité dans le parc et une quantité de nourriture importante sur les fondations.

D’ailleurs les amateurs de pêche en mer savent qu’un des meilleurs endroits pour pêcher est sous les piles du Pont de Ré.

Au-delà, il est possible de réserver des couloirs de pêche à l’intérieur des parcs pour les professionnels comme à Courseulles sur mer.



11/Les éoliennes font du bruit et émettent des infrasons.

VRAI
Certes, les éoliennes émettent un bruit de fond, principalement des basses fréquences entre 20 Hz et 100 Hz. Ce bruit est dû à des vibrations mécaniques entre les composants de l’éolienne et au souffle du vent dans les pales.

Cependant, à 500 mètres de distance (distance minimale entre une éolienne terrestre et une habitation), il est généralement inferieur à 35 décibels : c’est moins qu’une conversation à voix basse (source ADEME). En mer, les éoliennes sont éloignées des habitations.


Et, les niveaux d’infrasons produits spécifiquement par les éoliennes sont nettement inférieurs au seuil de perception qui est d’environ 100 dB(G). Les scientifiques s’accordent pour dire que des niveaux d’infrasons inférieurs à ce seuil sont inoffensifs pour la santé humaine. La dernière étude publiée début 2015 par l’Office bavarois de l’environnement relayé par des études danoises, australiennes et canadiennes conclut sans équivoque : « (…) en matière d’infrasons, l’émission due aux éoliennes (…) ne provoque donc aucune nuisance sur l’homme. À titre de comparaison, les infrasons émis par notre organisme (battements cardiaques ou respiration) et transmis à notre oreille interne sont plus intenses que ceux émis par les éoliennes. »
Par ailleurs , Concernant la mitigation des nuisances durant les travaux, on émet dès ondes sonores pour faire de l'effarouchement ou la création de rideaux de bulles pour limiter l'impact.


12/Les câbles sous-marins ont un impact négatif sur les écosystèmes

FAUX
Une étude baptisée « Species » pilotée par l’IFREMER entre 2017 et 2020 montre que l’intensité des champs magnétiques est négligeable et que même les structures de protection des câbles non enfouis peuvent constituer des habitats favorables pour de nombreuses espèces.

13/Les câbles sous-marins émettent des champs électro-magnétiques.

VRAI
Certes, les câbles sous-marins émettent des champs électro-magnétiques mais ils sont négligeables selon une étude de l’IFREMER.

En effet, l’intensité́ des champs magnétiques émis est faible et localisée : de l’ordre de quelques nT à 10 m, à quelques μT à 2 m.

A titre de comparaison, à nos latitudes, le champ magnétique terrestre varie autour d’une valeur de 50 μT et un IRM émet quelques Teslas (soit un million de fois plus).

A noter : 1 nT correspond à 0,001 μT ou 0,000000001 Tesla.



13/Les éoliennes offshore utilisent des terres rares

VRAI comme nos smartphones

Dans l’éolien offshore, les aimants permanents sont beaucoup plus développés que pour l’éolien terrestre, compte tenu de la nécessité « de réduire les coûts des opérations de maintenance, mais également de réduire la masse et l’encombrement des nacelles, permettant ainsi de diminuer le dimensionnement global du mât et des fondations ». D'ici à 2030, l'installation de 10 GW de capacités éoliennes offshore dans l’hexagone(9) pourrait porter le besoin annuel de terres rares à 173 tonnes de néodyme et 33 tonnes de dysprosium. Ce qui correspondrait à « moins de 1% de la demande annuelle en néodyme et un peu moins de 4% de la demande annuelle en dysprosium ».

Néanmoins, des évolutions technologiques pourraient permettre de limiter le besoin en terres rares. Ainsi, l’entreprise britannique GreenSpur Renewables annonce avoir substitué les terres rares par de la ferrite dans les aimants permanents qui équipent les génératrices d’éoliennes de 3 et 6 MW. Et aux Etats-Unis, des projets sont portés par ABB et WEG Energy Corporation pour mettre au point des génératrices pour éoliennes puissantes plus légères, compactes et sans terres rares.
Tout ceci permet de comprendre que, comme pour la mobilité électrique, l’avenir de l’énergie éolienne ne dépend nullement de l’exploitation de terres rares et que l’industrie renouvelable s’adapte en fonction des ressources disponibles.



14/Le chantier est une nuisance pour l’environnement.

VRAI durant les travaux

Comme tous les chantiers industriels (barrage, centrale nucléaire, centrale hydro électrique , …), c’est une nuisance durant les travaux. Cependant, les retours d’expériences sur les parcs éoliens en exploitation (Danemark , Allemagne) montrent que les espèces ont tendance à quitter les zones de travaux puis à revenir une fois ceux-ci terminés : mammifères marins , espèces benthiques, céphalopodes, poissons et crustacés.

Par ailleurs, le maitre d’œuvre peut proposer l’arrêt de battage des pieux pendant la période de reproduction (parc en Normandie ).



15/Les parcs éoliens en mer sont une catastrophe pour l’avifaune.

FAUX

Plus grande enquête menée en Europe, avec plus de 600.000 vidéos, en Grande-Bretagne, le programme conjoint industrie-énergies renouvelables (ORJIP) « Bird Collision Avoidance Study » a publié en 2018 les conclusions de l’enquête sur le comportement des oiseaux de mer et les risques de collision autour des parcs éoliens offshore. Six collisions avec des turbines ont été observées. L’analyse a révélé que le risque de collision des oiseaux de mer était inférieur à la moitié de ce que l’on pouvait attendre d’après les connaissances actuelles. Au cours de l’étude, on a observé que les oiseaux de mer manifestent un comportement d’évitement et changeaient leur trajectoire de vol pour éviter les turbines.

L’estimation faite par la LPO varie entre 0,3 et 18,3 oiseaux par éolienne par an. Ces résultats sont comparables aux études réalisées aux Etats Unis (5,2 oiseaux) et au Cana da (8,2 oiseaux). Il existe par ailleurs des systèmes de bridage ou d’arrêt des éoliennes en période de forte activité́ migratoire (pendant 15 jours en Europe du Nord).



16/L’éolien offshore génère des revenus pour le territoire.

VRAI

Un parc éolien en mer et les ouvrages de raccordement associés constituent des sources de retombées fiscales spécifiques pour le territoire, qui dépendent notamment de la localisation des éoliennes.
En effet, la mer est divisée en deux espaces maritimes distincts, soumis à des régimes juridiques (et donc des régimes fiscaux) différents :
· Le domaine public maritime (DPM), situé à moins de 12 miles, soit environ 22 kilomètres, des côtes ;

· La zone économique exclusive (ZEE), s’étend, depuis la limite du DPM jusqu’à 200 miles des côtes soit 370 km.

La France a mis en place une taxe spécifique aux éoliennes en mer sur le domaine public maritime (DPM). Cette taxe annuelle est acquittée par l’exploitant du parc éolien. Elle est définie sur le nombre de mégawatts installés dans chaque unité de production d’électricité. Le tarif annuel de la taxe est fixé en 2021 à 18 605 € par mégawatt installé et évolue chaque année comme l’indice de valeur du produit intérieur brut total.
Pour un parc éolien de 1 GW installé sur le domaine public maritime, le montant annuel de la taxe acquittée par l’exploitant de l’unité de production serait de 18,6 millions d’euros (2021) par an.
Le revenu de la taxe éolienne en mer est réparti comme suit :

À l’heure actuelle, le droit français prévoit qu’une installation d’éoliennes en ZEE est assujettie au paiement d’une redevance annuelle au profit de l’Office français de la biodiversité et que la taxe éolienne en mer n’est pas applicable dans une telle zone. Un dispositif fiscal applicable aux parcs éoliens en ZEE, s’inspirant de la taxe sur les éoliennes maritimes situées sur le domaine public maritime, pourrait être mis en place et appliquer au parc Sud-Atlantique si projet est situé en ZEE.



Au-delà, le parc éolien offshore Sud-Atlantique génère des retombées fiscales pour le territoire à travers la taxe foncière, la contribution économique territoriale et l’IFER et les redevances d’occupation du domaine public.



LIEN FACEBOOK

SITE INTERNET
... See MoreSee Less

Comment on Facebook

Merci pour ces précisions concrètes et documentées !

Très à décharge des éoliennes tout ça...

2 months ago

Ré Avenir

Notre association participera à ce débat organisé par la CDC ... See MoreSee Less

Notre association participera à ce débat organisé par la CDC

Actualités

  • THEATRE FORUM AUTOUR DU PROJET DE PARC EOLIEN 25/11/2021 - Nous vous invitons à faire un pas de côté avec un Théatre Forum autour du projet de parc éolien au large d’Oléron, Le vendredi 26 Novembre à 18H30, Salle des Activités Associatives, 122, rue du Comte d’Hastrel, à Rivedoux Plage 17940  (au dessus de l’Office du Tourisme) Dans le cadre du débat Public, les comédiens… Lire plus
  • ASSEMBLEE GENERALE DU 28 OCTOBRE 2021 23/10/2021 - Notre assemblée générale se tiendra le 28 octobre salle Vauban à SAINT MARTIN de Ré Pourront voter les adhérents à jour de cotisation et les sympathisants qui voudront prendre une adhésion à l'accueil (année glissante) Vous pouvez vous inscrire ci après pour  faciliter l'entrée (masque obligatoire): https://s2.yapla.com/event/fr/event/cards/eventId/22668/#/ Si vous ne pouvez vous joindre a nous… Lire plus
  • PROJETS EOLIENS EN MER : démêler le VRAI du FAUX 22/10/2021 - Il nous a paru important de faire ce petit exercice pour distinguer parmi les informations abondantes et pas toujours fiables , celles qui correpondent aux études faites jusqu'à présent Lire plus
  • projet de parc éolien au large d’Oléron : quelles étapes après le débat public 17/10/2021 - Vous trouvez ci après l'exposé fait par la CNDP des étapes qui succèderont au débat public qui prend fin en janvier 2022 dont une réponse sur les études d'impact qui seront obligatoires et se feront une fois l'emplacement précis du parc et ses composantes définis Lire plus
  • projet de parc éolien au large de la Nouvelle Aquitaine 12/10/2021 - Vous trouverez ci joint un exposé de notre position et du contexte relatif au projet de parc éolien au large de l'ile d'Oléron Venez en parler avec nous dans les débats ou dans nos réunions d'adhérents pour formuler ensemble les préconisations sur son implantation. Lire plus
  • Projet Eco-mobilité Complémentarité et synchronisation bus-navettes-cycles 15/9/2021 - Lire plus
  • PROJET ECOMOBILITE : proposition pour circuler autrement 14/9/2021 -   Dans le cadre de la semaine Européenne de la Mobilité que nous animons , nous vous proposerons de discuter autour d'un projet de circulation nouveau sur l'ile de Ré dont voici le schéma de présentation Notre projet Écomobilité pour l’île de Ré en quelques lignes : Nos propositions pour l’île visent à diminuer notre dépendance… Lire plus